logo

Bienvenue à l’Equitable Café

Café associatif d’information et de sensibilisation alternatif écologique et citoyen, l’Équitable Café propose des ateliers, projections-débats, cycles d’informations thématiques, rencontres d’auteurs, mais aussi des produits bio, locaux dans une démarche équitable, tout cela dans un lieu collectif et ouvert au grand public.

 

54 Cours Julien 13006 Marseille

Contre la fin des CUI-CAE – Rassemblement, AG

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
20 Sep

Contre la fin des CUI-CAE – Rassemblement, AG

20 septembre, 13h00 - 18h00
Venez tou.tes !

Rassemblement ce mercredi, 13h devant la Préfecture de Marseille… suivi, à l’appel du nouveau collectif Contrats Aidés, d’une Assemblée de tous les CUI-CAE concerné.es à 16h, dans les locaux de Solidaires au 29, boulevard Longchamp !

 

Début août, La ministre du Travail Mme Pénicaud a annoncé la fin du recrutement en contrat aidé (CUI-CAE) dans le cadre du plan d’économie de 4,5 milliards d’euros dans la Fonction Publique

De nombreusEs collègues ont appris tardivement qu’ielles ne seraient pas renouveléEs et qu’ielles seraient au chômage en cette rentrée ou dans les mois qui viennent !

L’Éducation Nationale dénombre 23 157 suppressions de postes de CUI et seulement 55 000 renouvellements de contrats aidés d’ici la fin de l’année. Pour résumer, un sur trois est supprimé ! En effet, rappelée à l’ordre par la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, et la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la république du 8 juillet 2013 qui imposent la scolarisation des élèves en situation de handicap, l’Education nationale a été contrainte de maintenir les postes de CUI-CAE exerçant des missions d’Accompagnement des Elèves en Situation de Handicap (AESH).

Ainsi, nombre d’agentEs employéEs par les collectivités territoriales n’ont pas été ou ne seront pas ré-embauchéEs dans les mois à venir. Depuis leur mise en place en 2010, les postes de CUI-CAE existants servaient à pallier le manque d’agent-e-s techniques et administratifs. Ces personnel-le-s réalisent des missions administratives, d’entretien, d’accueil, d’animation ou d’accompagnement des élèves en situation de handicap qui devraient s’effectuer par ailleurs dans le cadre d’emploi statutaire accompagné d’une véritable formation.

Dans l’académie d’Aix Marseille, sur les 4 213 postes académiques CUI à disposition (de la maternelle au lycée) il n’en reste qu’un peu plus de 2 600 dans les établissements scolaires de l’académie d’Aix Marseille. Ces 2 600 postes seront prioritairement envoyés sur des AESH et AVS. En réunion, le rectorat a annoncé que s’il y a du reliquat, ce qui est peu probable, ce sera pour les CUI de primaire (aide à la direction) seulement sur des écoles sans décharge de direction et cela ne pourrait se faire que mi-octobre. Côté Vie-scolaire, le rectorat ne peut plus recruter d’AED, alors que deux nouveaux d’établissements ont vu le jour cette année ce qui a entrainé des redéploiements à moyen constant.

Les initiatives se multiplient – Comme au lycée Saint-Exupéry ou au collège de la Belle-de-Mai à Marseille, de plus en plus d’écoles et d’établissements du secondaire se mobilisent pour dénoncer cette situation et obtenir les moyens nécessaires en termes de personnels à leur bon fonctionnement.
Après une intersyndicale dans le 1er degré, c’est une intersyndicale départementale élargie à toute l’Education et aux syndicats du monde associatif qui s’est réunie le 14 septembre dernier pour construire une mobilisation unitaire.
Toutes ces initiatives ne doivent pas rester isolées. Il faut au contraire qu’elles convergent car le combat qui est mené est un combat commun.

Mercredi 20 sept. rassemblement / 13h place de la préfecture / AG des CUI-CAE à 16h – 29 bd Longchamp

Jeudi 21 septembre / grève et manifestation / 10h30 Vieux-Port

C‘est pourquoi le ministre de L’Education nationale se diversifie dans la précarisation ! Ainsi, il a annoncé le recrutement de plus en plus important de personnellES sous un statut encore plus indigne que celui des CAE-CUI, les « Services Civiques ». Des Services Civiques interviennent déjà dans les établissements scolaires pour effectuer des tâches d’accompagnement des élèves en difficulté, de réalisation de projets culturels ou d’animation du temps périscolaire ou carrément dans les vies scolaires comme c’est le cas dans au Lycée de la Fourragère à Marseille. Les Services Civiques ne dépendent pas du Code du Travail et perçoivent non pas un salaire mais une « indemnité » de moins de 600 euros par mois. Ils n’obligent même plus l’employeur à financer une formation et ne débouchent pas sur un emploi.

Des postes de service civique sont à pourvoir dans de nombreux établissements et écoles dans l’académie d’Aix-Marseille : 174 missions (368 postes) proposées par l’académie d’Aix Marseille. Les fiches de postes sont variées : éducation au développement durable, accompagnement de projet d’éducation à la citoyenneté, etc. De même dans l’onglet décrochage scolaire du service civique, il est pro¬posé des services civiques à plein temps pour des missions dans des établissements scolaires. Enfin, le dispositif « Devoirs faits », imaginé par JM Blanquer pour le collège à la rentrée 2017, sera confié en grande partie à « des milliers » de jeunes du service civique.

Ces missions primordiales doivent être assurées par l’Education Nationale et non pas par des associations et doivent être exécutées par des personnellEs titulaires et non pas précaires.
SUD éducation 13 condamne cette décision qui met en difficulté l’organisation de tous les établissements scolaires et conduit à un véritable plan massif de suppressions d’emplois. Nous rappelons que SUD éducation a toujours dénoncé la précarité de ces emplois et réclame donc qu’à des missions pérennes correspondent des emplois pérennes.

Un plan social sans précédent, qui menace tout le tissu associatif, social, culturel et le service public.

Au-delà des conséquences dans l’Education, c’est un véritable plan social massif qui est à l’œuvre à l’échelle nationale puisque 150 000 contrats-aidés ont été ou sont en train d’être supprimés. En plus des situations personnelles dramatiques que cette décision entraine c’est tout le service public (santé, collectivités territoriales…) ainsi que le tissu associatif qui est fragilisé.
Du côté des associations, la situation est particulièrement grave. Des centaines d’entre elles sont tout simplement menacées de disparition. Dans certains quartiers ces associations étaient parfois les seules structures à maintenir un lien social entre les habitants et à pallier le manque de centres sociaux et culturels. Ces mêmes centres, si importants pour de nombreux habitants parmi les plus pauvres de la population, se retrouvent également en très grande difficulté. Ces associations et celles et ceux qui les font vivre sont des partenaires indispensables aux personnelEs de l’Education que nous sommes. Combien de projet devront être abandonnés ou ne pourront désormais plus avoir lieu suite à cette mesure ? C’est tout simplement la solidarité qu’on sacrifie au nom de la politique d’austérité. Ces associations se mobilisent et se sont réunies à Marseille en collectif. Elles participeront au rassemblement du 20 septembre et seront visibles au sein du cortège lors de la manifestation du 21.

C’est pourquoi SUD éducation 13 revendique avec l’intersyndicale :
> Dans l’urgence, le maintien et le réemploi de tous les contrats aidés.
> Un véritable plan de lutte contre la précarité dans la Fonction Publique.
> La transformation des contrats aidés en emplois statutaires.
> Un véritable plan de financement public du monde associatif.


La mobilisation doit s’étendre à tous les secteurs concernés et rejoindre celle contre la loi travail XXL qui vise à casser le droit du travail et à généraliser la précarité. Le gouvernement a un projet global, construisons une résistance globale

Détails

Date : 20 septembre, 13h00 - 18h00
Heure : 13h00 - 18h00
Où ? : Préfecture
Adresse : Place Félix Baret
Organisé par : Intersyndicale éducation/associations